webleads-tracker

Entretien avec Jean-François Loup, Responsable Sécurité de la Banque Lazard

La Banque Lazard Frères, établissement historique, pouvez-vous nous en dire plus ?

Lazard est une banque d’affaires franco-américaine dont les trois principaux bureaux se situent à NewYork, Paris et Londres par ordre d’influence. La banque a été fondée aux Etats-Unis en 1876. Elle résiste aux crises successives depuis plus d’un siècle. Son métier his- torique est la gestion d’actifs, mais elle est surtout connue comme conseil en fusion-acquisition (M and A dans le jargon maison). A Paris, ce sont 500 personnes dans un groupe d’immeubles à l’angle Percier / Haussmann et un hôtel particulier de la rue Ballu dans le 9ème.

Quelle est votre mission ?

La sécurité des biens et des personnes repose sur la suite d’actions individuelles et collectives destinées à protéger le patrimoine de l’entreprise. Eviter l’intrusion, le vol en interne ou externe, la perte d’informations confidentielles, l’incendie et la malveillance liée à la charge symbolique du nom Lazard. C’est un système global comprenant des hommes de l’entreprise, des moyens techniques et un certain nombre de prestations extérieures sous-traitées. En liaison et suivant les directives de la Direction Générale, il est organisé, géré et adapté aux évolutions par le responsable de la Sécurité Lazard.

Quelles sont les problématiques principales ?

On est dans une banque, avec des biens et des valeurs à protéger. Nous avons une agence bancaire pour notre clientèle prestigieuse et une problématique sécuritaire face à cette population VIP.

Comment combinez-vous les moyens humains et techniques ?

Dans le domaine de la sécurité, Lazard a mis en place des moyens technologiques performants, tout en gardant une place centrale à l’Agent de Sécurité, élément essentiel du dispositif. L’utilisation de la biométrie pour l’accès à certaines zones sen- sibles illustre ces propos.
Il y a 5 ans la Banque s’est lancée dans un grand chantier de rénovation qui a intégré la sécurité à la conception. Un PC de sécurité a été aménagé ; il est actif 24 h/24 et 7j/7. La sécurité étant l’affaire de tous, les salariés sont sensibilisés à cette problématique dès l’embauche.

Quelle est votre philosophie de la sécurité ?

Rendre crédible la sécurité auprès de tous. Le badge illustre la politique sécuritaire de la Banque, il est indispensable pour se déplacer sur les sites et obligatoire pour tous ! Le système est fiable, performant et en parfait état. Le contrôle d’accès n’est plus une contrainte.

Vous sentez-vous en sûreté à ce jour ?

Jamais complètement en sécurité, toujours en veille permanente.

Votre passé militaire vous aide-t-il dans ce travail ?

Oui, car ce que je fais aujourd’hui est la suite logique d’un parcours d’abord au service de l’Etat puis au service de l’entreprise.

Et vous, d’où venez-vous ?

«Un bon prestataire en Sécurité privée s’illustre avant tout par la qualité
de son encadrement»

En 2009, cela fait 20 ans que je m’occupe de Sécurité Privée.Tout d’abord consultant pour Philippe LEGORJUS (PHL Consultants) puis prestataire et enfin donneur d’ordres. Auparavant j’avais passé 18 ans à la Légion Etrangère dont 13 au 2ème REP. Aujourd’hui à 61 ans, je n’envisage pas la retraite … ma mission continue !

Que dire du prestataire en place ?

Un bon prestataire en sécurité privée s’illustre avant tout par la qualité de son encadrement intermédiaire.
On est dans l’humain, il y a toujours des événements, des incidents, le bon prestataire est celui qui a la capacité de réagir et qui s’en donne les moyens.
Cela doit être aussi une société à taille humaine et de proximité et non pas un grand groupe qui ne ferait que de « l’intérim sécuritaire » ! Le turn-over est un indicateur, les chefs de poste sont SSIAP 2 et tous les agents sont SSIAP 1.

Pour conclure …

La sécurité est un sujet important pris en compte par la Direction Générale depuis des années. Elle a mis en place des moyens en adéquation avec les niveaux de risques et la crise mondiale ne fera pas baisser la garde.
La Banque Lazard a une culture du secret et donc une politique de sécurité forte et précise. Pour terminer, si j’ai une vision globale de la sécurité, je ne crois pas à l’offre globale de sécurité… car suivant le vieil adage «je ne mets pas tous mes oeufs, dans le même panier ! ».

Comments are closed.